Accéder au contenu principal

Les causes de la page blanche


Les causes de la page blanche


Toute personne écrivant régulièrement des histoires un peu plus longues qu'un tweet s'est déjà retrouvée face au mal de l'écrivain par excellence qu'est la page blanche.



La littérature à ce sujet est foisonnante. Sur les blogs, les sites ou les forums autour de l'écriture, de nombreuses méthodes sont mentionnées pour se sortir de ce mauvais pas. Tant est si bien qu'il n'est pas rare pour l'auteur bloqué dans son récit de pouvoir lire des conseils du style « Trouve toi-même la méthode qui te convient le mieux », ou « Fais comme tu le sens, chacun est différent ».

En général, pour m'être déjà retrouvé dans cette situation, aussi bienveillantes que puissent être les personnes prodiguant ces réponses, d'un point du vue très prosaïque, très terre-à-terre, ce n'est pas très utile. Ça n'aide que moyennement. En effet, à cause de la multitude des astuces, il n'est pas vraiment possible d'essayer chacune d'entre elles une par une. Une vie ne suffirait peut-être pas.

C'est un peu comme si face à une maladie, vous testiez à l'aveuglette tous les médicaments existants. Le mieux, reste quand même de diagnostiquer son blocage, d'essayer de comprendre ses causes, pour trouver la ou les méthodes appropriées pour en venir à bout.

Ce qui suit ne consiste donc pas en un catalogue de trucs et astuces contre la page blanche, mais d'une liste, non exhaustive cependant, des différentes causes possibles à ce problème.


1. Manque de disponibilité intellectuelle

Écrire est une activité exigeante. Sans forcément rentrer dans la psychologie de comptoir, il est clair qu'avoir des soucis professionnels ou personnels, être en plein déménagement ou être sur le point de changer de boulot peut ne pas être propice à la disponibilité intellectuelle nécessaire pour l'écriture. Cela va au-delà d'une simple difficulté à se concentrer. Il est toujours possible de laisser passer cette période, sans perdre de vue son projet littéraire. Continuer à prendre des notes et consacrer une dizaine de minutes par jour à réfléchir dessus, sans forcément écrire. Ceci afin de revenir dans le bain plus facilement le moment venu.


2. Manque de connaissances

Écrire un roman policier en Crimée du temps de Tamerlan par exemple, ça ne s'improvise pas. Tout comme il peut être compliqué d'écrire une scène mettant en jeu une profession exotique si on ne la connaît pas ou très mal. S'il s'agit d'un univers imaginaire, on peut aussi facilement se retrouver coincé si l'univers en question n'a pas été assez travaillé. Si je dois écrire sur une conspiration de vaste ampleur mais que mes acteurs politiques ne sont pas très bien définis, il est probable que je vais au-devant de quelques problèmes. La phase de documentation et de conception est donc très importante. Cela permet de nourrir l'imagination. Après, pour celui qui maîtrise déjà parfaitement son sujet, par exemple une histoire réaliste dans un contexte de la vie quotidienne, il va sans dire que cette phase n'est pas nécessaire.


3. Incohérences

Une incohérence pas forcément bien identifiée dans l'intrigue peut bloquer consciemment ou inconsciemment l'imagination. Un peu comme s'il y avait un mur invisible issu de la logique inconsciente qu'on ne voit pas mais qui bloque dans la rédaction. Par exemple, la psychologie d'un personnage, ses motivations peuvent ne pas être cohérente avec les actions, tôt ou tard dans l'intrigue, qu'il est censé effectuer. Ou bien l'histoire peut ne plus être cohérente avec l'univers, le contexte. Ceci n'est pas forcément des choses dont on a explicitement conscience, mais qui peuvent nous bloquer. Écrire demande donc de la rigueur et un souci du détail certain, surtout si l'univers est riche et l'intrigue complexe.


4. Trous

Pour ceux qui ont besoin d'un plan pour écrire leur histoire, s'il y a trop de trous dans l'intrigue, il peut parfois être difficile de faire le lien entre les différentes étapes. Dans ce cas, il n'y a pas trente-six façons d'y remédier : bosser davantage le plan.


5. Manque d'originalité

Un blocage peut également survenir si l'histoire ou un passage de l'histoire n'est pas assez original. Si vous avez déjà, à maintes reprises, lu ou vu ce que vous vous apprêtez à écrire, cela peut entamer sérieusement votre motivation. Parce qu'écrire ça peut être très long et difficile. Le remède à cela, c'est trouver quelque chose de plus original. Plus facile à dire qu'à faire cependant.


6. Histoire trop longue, trop ambitieuse

L'histoire est parfois tout simplement trop longue à raconter, ce qui est décourageant. Il vaut mieux écrire une histoire plus courte que ne pas finir une histoire longue. J'ai déjà eu à raccourcir une histoire sur laquelle j'étais bloqué pendant une semaine, et grand bien m'en a pris puisque ça m'a ouvert de tous nouveaux horizons. En raccourcissant la fin, en la modifiant substantiellement, mon histoire est devenue beaucoup plus cohérente et la tension dramatique plus intense. Ça m'a clairement remotivé et inspiré. C'est cependant souvent un crève-cœur pour un auteur que de devoir amputer une histoire, mais c'est parfois un mal nécessaire.


Évidemment, je n'ai pas la prétention ici d'être exhaustif. Si vous voyez d'autres causes possibles à la page blanche, n'hésitez pas à en faire part en commentaire. J'espère néanmoins que cela pourra aider certains à dépasser ou contourner cet obstacle.

Bon courage dans vos projets littéraires !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La critique littéraire : Kafka sur le rivage

La critique littéraire
Kafka sur le rivage


Les basiques de l'écriture

Les basiques de l'écriture (ou comment faire bonne impression au premier coup d’œil)

Il n'est pas toujours facile de dénicher des pépites parmi l'infinité de fictions qui circulent sur la Toile. Il est par contre assez simple au premier regard d'écarter les textes qui ont peu de chance d'avoir de grandes qualités littéraires. Un texte peu lisible, ne respectant pas les règles de présentation en vigueur dans la langue française est en général un bon indicateur du niveau d'inexpérience de l'auteur, et donc de la qualité qui va avec.

La narration au présent : Pourquoi l'éviter

La narration au présent : Pourquoi l'éviter
C'est un fait, le présent de narration est à la mode chez les nouveaux auteurs. Ayant moi-même écrit mes premiers textes au présent, il serait assez hypocrite de ma part de m'en offusquer, mais il me semble que nous glissons subrepticement d'un présent qui pouvait être utilisé pour faire ses premières armes vers un présent normatif. Pour simplifier, les vrais écrivains modernes écrivent au présent, et le passé est démodé.