Accéder au contenu principal

Journal de bord - Entrée du 12/11/2017, 18:18


Entrée du 12/11/2017, 18:18


Je pensais profiter du NaNoWriMo pour m'aider à écrire "au kilomètre" et à "faire du mot", mais après quelques scènes d'écrites, je me suis rapidement heurté à un mur. Comme ma nouvelle avait déjà défini quelques éléments de contexte, j'avais espéré pouvoir plus ou moins me passer de toute cette phase de construction d'univers, le worldbuilding dirait-on, mais compte tenu du genre, la science-fiction, je constate à mes dépens que c'est difficilement contournable. C'est là où la fanfiction est agréable. Elle permet d'attaquer directement l'intrigue sans passer par cette phase assez fastidieuse il faut bien le dire de nommage, d'invention de véhicules, de gadgets, d'organisations, de personnages évidemment, leur description, leur passé, etc. Tout un travail aussi de documentation sur diverses notions scientifiques.

Et plus que je gratte, et plus je découvre des aspects à préciser, à définir, à inventer. Cette phase de conception peut être sans fin. Et il n'est pas toujours facile d'établir la limite entre le nécessaire et le superflu, sachant que le "déchet" est de toute manière inévitable, voire même indispensable. Avec la multiplication de mes "fiches" sous mon éditeur de texte Notepad++, j'ai ressenti le besoin de trouver quelque chose pour m'aider à organiser tout cela. Pour avoir déjà essayé le logiciel Scrivener, je savais déjà que ce ne serait pas celui-là, trop peu intuitif à mon goût, sans doute pas agencé selon mes schémas de pensée. J'avais découvert il y a quelque temps le logiciel Quoll Writer qui a l'avantage d'être open source et surtout maintenu avec des mises à jour régulières. Après une rapide phase de prise en main, j'ai été séduit par son ergonomie qui me parle tout à fait, contrairement à Scrivener. Je comprends ce qu'il faut faire et comment mettre mes éléments narratifs via l'interface qui est simple sans notion trop compliquée. Juste des catégories (eg. personnages, chapitres, lieux) et d'autres que l'on peut ajouter soi-même (eg. scènes, organisations) en fonction de ses besoins. En quelques clics et copier-coller, j'avais migré mes fiches Notepad++ vers Quoll Writer alors que je pensais que ça allait être la croix et la bannière comme avec Scrivener. J'ai particulièrement aimé le mur à idée (Idea Board) qui permet de rapidement noter et classer ses idées de façon quasi naturelle. Après, je sais que beaucoup d'auteurs ne jurent que par Scrivener, mais pour moi, je crois avoir trouvé l'outil qui me convient et c'est Quoll Writer.

Même si je n'ai pas écrit grand-chose, cette semaine a été bénéfique, car je crois avoir trouvé mon principal moteur narratif, ce qui est plus précis que la "direction narrative" de la semaine dernière. Pour situer déjà un peu le contexte, l'histoire parlera d'une Humanité qui a quitté la Terre il y a longtemps déjà, et qui erre désormais dans le vide intersidéral à la recherche d'une nouvelle planète. Et il y a urgence puisqu'il ne reste qu'une poignée d'individus. L'espèce humaine est donc au bord de l'extinction, d'autant plus que les événements ne vont pas arranger les choses, au contraire...

J'ai en prime trouvé la musique directrice de mon roman, celle qui me donnera la tonalité du récit. C'est pour moi quelque chose d'assez important pour écrire. Ça m'aide beaucoup en termes d'inspiration. Par exemple, pour ma nouvelle de SF qui sera grosso modo la fin de mon roman, je me suis inspiré d'un morceau de Vangelis intitulé Alpha. Il y a pour moi un réel parallèle entre la musique et le déroulement de ma nouvelle. Mais pour ce qui sera de mon roman, ce sera une autre musique pour les événements antérieurs à ma nouvelle, et donc une autre tonalité. Mais je n'en dirais pas davantage pour le moment... ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La critique littéraire : Kafka sur le rivage

La critique littéraire
Kafka sur le rivage


La narration au présent : Pourquoi l'éviter

La narration au présent : Pourquoi l'éviter
C'est un fait, le présent de narration est à la mode chez les nouveaux auteurs. Ayant moi-même écrit mes premiers textes au présent, il serait assez hypocrite de ma part de m'en offusquer, mais il me semble que nous glissons subrepticement d'un présent qui pouvait être utilisé pour faire ses premières armes vers un présent normatif. Pour simplifier, les vrais écrivains modernes écrivent au présent, et le passé est démodé.