Accéder au contenu principal

Journal de bord : Entrée du 06/11/2017, 00:04




Entrée du 06/11/2017, 00:04

Après un moment de décompression et d'euphorie d'avoir pu terminer ma nouvelle dans les délais, six semaines pour 13 000 mots, ne vous moquez pas, j'écris très lentement, je viens de passer le week-end à réfléchir à comment étoffer et réécrire ma nouvelle. J'ai déjà eu le retour d'une amie qui a déjà relu quelques-uns de mes textes et qui a souvent un regard perspicace sur les incohérences scientifiques sur tout ce qui a trait à la biologie/physiologie. Elle est kiné donc forcément. Globalement, hormis les problèmes que j'avais déjà identifiés, mais sur lesquels je n'avais pas pu revenir dessus à cause des délais et du mode de publication, mon histoire est cohérente. Ça me rassure. Ça me rassure d'autant plus qu'elle a aussi bien aimé l'intrigue et les personnages qu'elle trouve bien travaillés alors que je vois plein de défauts quant à leur psychologie. Mais je pense que ça doit être le cas de tous les auteurs. Comme expliqué dans les motivations du projet plus haut, après avoir un temps envisagé de "seulement" en réécrire une version plus étoffée, je me dirige carrément dans la rédaction d'un roman complet. J'ai un peu le vertige, car je me suis toujours cantonné pour le moment à des histoires courtes. Sans doute par flemme et procrastination. Mais il faut un début à tout.

Il me faut donc plus de contenu. Ma nouvelle a, je trouve, une belle fin. Et je ne crois pas que je pourrais en écrire une aussi belle de si tôt. Dans le cadre d'un roman, je ne pense donc pas écrire une suite de ma nouvelle. Ce sera plutôt une préquelle où il va falloir trouver le liant, la colle littéraire entre ce que je vais écrire et ce que j'ai déjà écrit. Mais ce n'est pas le plus dur, je pense.

Je suis en phase de recherche et de documentation. J'ai déjà visionné les premiers épisodes de la série Battlestar Galactica et j'ai commencé à lire le roman Le dernier des Mohicans. Ça devrait déjà donner une idée sur le contexte du roman, je pense même si pour le moment ça reste encore assez flou. Je pense quand même avoir un point de départ et une première trame pour l'intrigue. Mais bon, tout est encore susceptible d'évoluer. Quand je sais que j'ai complètement changé la fin de ma nouvelle une semaine avant la deadline, ce qu'on croyait tenir pour acquis peut être remis en cause du jour au lendemain. Mais je pense que je commence à avoir une direction narrative.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La critique littéraire : Kafka sur le rivage

La critique littéraire
Kafka sur le rivage


La narration au présent : Pourquoi l'éviter

La narration au présent : Pourquoi l'éviter
C'est un fait, le présent de narration est à la mode chez les nouveaux auteurs. Ayant moi-même écrit mes premiers textes au présent, il serait assez hypocrite de ma part de m'en offusquer, mais il me semble que nous glissons subrepticement d'un présent qui pouvait être utilisé pour faire ses premières armes vers un présent normatif. Pour simplifier, les vrais écrivains modernes écrivent au présent, et le passé est démodé.

Journal de bord - Entrée du 03/12/2017, 23:15

Entrée du 03/12/2017, 23:15
Les idées commencent à se mettre en place petit à petit. J'ai par exemple trouvé un titre à mon roman. Ce sera « Des espoirs nébulaires ». À lire à voix haute.
Bien que j'ai des idées, ce n'est pas vraiment le problème, c'est surtout au niveau de l'architecture du récit que j'hésite encore pas mal. Notamment en ce qui concerne la recherche de la tension narrative. Je ne voudrais surtout pas écrire une somme de tranches de vie dans l'espace. Pour le coup, ça me désespérerait.
Néanmoins, juste avant de rédiger cette entrée dans mon journal de bord, je pense avoir trouvé un déroulement permettant à la fois un développement intéressant des personnages tout en rendant l'histoire prenante, de moins, je l'espère. Ce n'est jamais évident.
Je pense aussi avoir identifié trois trames narratives qui serviront de fils directeurs à mon histoire et qui devraient pouvoir soutenir la tension tout au long du roman.
Cette semaine qui …