Accéder au contenu principal

Journal de bord - Entrée du 03/12/2017, 23:15


Entrée du 03/12/2017, 23:15


Les idées commencent à se mettre en place petit à petit. J'ai par exemple trouvé un titre à mon roman. Ce sera « Des espoirs nébulaires ». À lire à voix haute.

Bien que j'ai des idées, ce n'est pas vraiment le problème, c'est surtout au niveau de l'architecture du récit que j'hésite encore pas mal. Notamment en ce qui concerne la recherche de la tension narrative. Je ne voudrais surtout pas écrire une somme de tranches de vie dans l'espace. Pour le coup, ça me désespérerait.

Néanmoins, juste avant de rédiger cette entrée dans mon journal de bord, je pense avoir trouvé un déroulement permettant à la fois un développement intéressant des personnages tout en rendant l'histoire prenante, de moins, je l'espère. Ce n'est jamais évident.

Je pense aussi avoir identifié trois trames narratives qui serviront de fils directeurs à mon histoire et qui devraient pouvoir soutenir la tension tout au long du roman.

Cette semaine qui arrive, je pense donc n'avoir plus aucune excuse pour me jeter dans le bain de l'écriture proprement dite...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La critique littéraire : Kafka sur le rivage

La critique littéraire
Kafka sur le rivage


La narration au présent : Pourquoi l'éviter

La narration au présent : Pourquoi l'éviter
C'est un fait, le présent de narration est à la mode chez les nouveaux auteurs. Ayant moi-même écrit mes premiers textes au présent, il serait assez hypocrite de ma part de m'en offusquer, mais il me semble que nous glissons subrepticement d'un présent qui pouvait être utilisé pour faire ses premières armes vers un présent normatif. Pour simplifier, les vrais écrivains modernes écrivent au présent, et le passé est démodé.

Journal de bord - Entrée du 12/11/2017, 18:18

Entrée du 12/11/2017, 18:18
Je pensais profiter du NaNoWriMo pour m'aider à écrire "au kilomètre" et à "faire du mot", mais après quelques scènes d'écrites, je me suis rapidement heurté à un mur. Comme ma nouvelle avait déjà défini quelques éléments de contexte, j'avais espéré pouvoir plus ou moins me passer de toute cette phase de construction d'univers, le worldbuilding dirait-on, mais compte tenu du genre, la science-fiction, je constate à mes dépens que c'est difficilement contournable. C'est là où la fanfiction est agréable. Elle permet d'attaquer directement l'intrigue sans passer par cette phase assez fastidieuse il faut bien le dire de nommage, d'invention de véhicules, de gadgets, d'organisations, de personnages évidemment, leur description, leur passé, etc. Tout un travail aussi de documentation sur diverses notions scientifiques.
Et plus que je gratte, et plus je découvre des aspects à préciser, à définir, à inven…